Cris (2)

 

Cette page est plus proche de la rage que du nougat

J'ai une sainte haine

 


du paintball
du nucléaire
du ketchup
des soldes
du karaoké
du foot
du foot
des "supporters" de tout (mais surtout de foot)
des voyages organisés
des voitures passées au lavage tous les trois jours et de leurs propriétaires
des tabloïds sur papier glacé
des zones  de loisirs
des zones sous vidéosurveillance
des salons de toilettage canin
des panneaux publicitaires
des jeux vidéos guerriers
des jeux olympiques
des jets skis
des feux d'artifices quotidiens 
des écrans géants
des défilés de majorettes
des canettes de bière
des campings car
des boissons aromatisées
des arnaqueurs de petits vieux et plus encore des arnaqueuses de petites vieilles 
de la fête d'Halloween
de la fête des mères des pères des grands mères des culs de jattes levés du pied gauche
de la Française des Jeux
des carnassiers de tous poils mais surtout des bipèdes habillés
des stylos qui tombent en p

 

Pourquoi je vous dit tout cela ?

(la liste peut continuer, mais si vous êtes sages, je vous dirais ce que j'affectionne particulièrement)

parce que cela me fait du bien (normal, un vieux schnock...Vous en profiterez donc forcément un jour ou l'autre)
parce que généralement les footeux boivent de la bière passent leur temps à lustrer leur 4x4 pour filer baver au prochain défilé de majorettes (donc vous pouvez vous débrouiller tout seul pour éviter les chausses trappes aux jeux de hasard, les gueulards et le diabète)
parce que cela permet de réduire toutes les dépenses inutiles (beaucoup)
parce que les bords de routes ne seraient plus souillés de publicités
parce que les grillons, confiants,  rentreront dans nos chaumières  
parce que les enfants redeviendront de joyeux farceurs
parce que la sécurité est un leurre


l'art, l'amour et l'espoir ne se mettent pas en conserve
rendons les éternels

pour Noël
je vous offre
une super buche
aux nanoparticules
aux agents de texture
aux édulcorants de synthèse

Energie solaire : fée ou sorcière électrique ??

 

Au XXème siècle le chauffage électrique était onéreux.  Parallèlement au choc pétrolier de 1973, EDF lançait une campagne "l'électricité, source de vie intelligente". Images, texte et vidéo louaient les prouesses de cette forme d'énergie : thermostats hautement sensibles couplés aux interrupteurs et minuteurs,  localisations différentielles, programmation sophistiquée...
Théoriquement ces techniques permettent de moins gaspiller. Mais ces mêmes aménagements sont  tout autant possibles avec d'autres sources d'énergie et de plus ils reposent sur une isolation très poussée (coûteuse) que l'on peut aussi pratiquer en utilisant le fuel ou le gaz.

 

A  l'heure du déconfinement, alors que toutes les options énergétiques, de transport, de production devraient être réexaminées pour ne pas relancer une course mondiale suicidaire, bien des gouvernements choisissent de relancer l'automobile, le transport aérien... et le nucléaire. Pour museler des opposants à la croissance, ce n'est pas un hasard.

 

Electricité : de l'effet joule* à l'électronique

Le pire n'est donc pas dans la recherche poussée d'économies. Il ne se situe pas au niveau du caractère purement énergétique de l'électricité ("l'effet joule"), mais plutôt sur les effets attendus du caractère électronique de l'électricité auxquels on accède alors. Tout le monde se remémore bien sûr des premiers "transistors", qui permettaient d'écouter la radio sans recourir à des "lampes" qui avaient le tort de chauffer. 


Les LEDS, qui ne chauffent pas et consomment donc moins, furent lancées environ en 2010. 
Elles permirent une fabuleuse débauche de guirlandes, de gadget, de publicités... que de moins en moins de personnes regardent. Dans ce contexte, pour alimenter nos millions d'appareils électriques, recourir à l'énergie solaire est-il un bon choix ? 
Vouloir systématiquement convertir l'énergie solaire en électricité relève d'une part d'une erreur (ou d'un mensonge), et d'autre part de risques encore plus grands. 

 

Erreur ou mensonge 

Cette forme de conversion suppose des capteurs, dont la technologie - même si elle devient plus fiable et bon marché - n'est pas dénuée d'effets sur l'environnement. Elle entraîne ainsi non pas une diminution mais une augmentation des prélèvements de matières premières. De plus le stockage de l'électricité (batteries) pose aussi la question des réserves en matériaux utilisés pour les batteries (lithium) le même type de problème. D'autres solutions existent (gravitationnelle : remonter l'eau des rivières aux heures creuses dans des barrages), ou à l'état de projets plus ou moins aléatoires (énergie cinétique emmagasinée par rotation de masses). En un mot l'énergie solaire, propre, illimitée , devient polluante lorsqu'elle est convertie en électricité !

 

Risques 

L'électricité permet-elle vraiment une libération, un respect de la nature et de la démocratie  ? 
Face à la déconfiture du nucléaire, les recours individualisés au solaire se multiplient. Le but est alors de faire fonctionner des dizaines d'appareils électroménagers, ou pire d'installations décoratives (kilomètres de guirlandes...).
Mais en passant de l'effet joule* au processeur, puis à d'autres composants, l'électricité devient support d'information. Le compteur Linky est le pivot de cet usage. Grâce à l'électricité, un "mix" énergétique serait mis en place pour "optimiser en temps réel" production et consommation d'énergie. Même si c'est théoriquement possible, l'illusion d'un monde sans limites est entretenue, éloignant de facto toute possibilité  d'une satisfaction complète (véritable) de besoins réputés dès lors illimités. 

 

En passant du vélo électrique au scooter électrique, puis à terme à l'auto électrique ou à tout autre système, loin du "pédibus cum jambis", on s'éloigne fort de l'autonomie. Malgré les apparences, ceci n'est pas favorable à la démocratie. Pour ne pas tomber dans le piège de la fuite en avant du nucléaire, faire de la marche à pied ! en jouant de la flûte, en rigolant, en écoutant les oiseaux...

 

En 1975, suite au choc pétrolier, le professeur de physique de l'environnement à l'Université de Lyon II Roger Bernard disait : L'énergie ? C'est vous ! Belle clairvoyance démocratique ! 
En 1940, qu'aurait fait la maréchal Pétain s'il avait disposé de la 5G ?

 

 

Notes  
L'énergie électrique est une énergie secondaire, au contraire des énergies primaires (charbon, chutes d'eau etc...).
Il faut mieux raisonner en termes physiques (KWh , tonnes de pétrole etc...), car les grandeurs économiques sont faussées (depuis longtemps) par des prix et des systèmes fiscaux arbitraires.

*effet joule : production de chaleur par un courant électrique circulant dans une résistance. 
James Prescott Joule (1818 -1889) a montré qu'un Joule  = 0,239 calorie